Histoire avant 1848
Archives / Bibliothèque
Vie des Communautés
Centenaire 1914-1918

REFLEXION

Dimanche 10 Septembre 2017

MOSTAGANEM SE NOIE DANS QUELQUES GOUTTES : LE SEMPITERNEL SCÉNARIO SE RÉPÈTE.

Le (BMS) bulletin météo spécial qui est lancé pour que tout un chacun prenne ses mesures, ne semble rien changer quant aux durs réflexes chez-nous, notamment ceux de l’auguste mairie. Du coup, les précipitations, les premières surtout, ne ratent jamais leur coup !

MOSTAGANEM SE NOIE DANS QUELQUES GOUTTES : Le sempiternel scénario se répèteQuelques gouttes de pluie, ce ne fut pas quand même l’ouragan Irma Katrina, et les rues et quartiers de Mostaganem se transforment en oueds, ou en lacs boueux. L'avenue Mohamed Khemisti, le centre-ville, Chemouma, La Salamandre, devant les écoles comme par hasard, partout, c'est le même constat. Les avaloirs sont de toute évidence, une fois de plus, comblés, pour ne pas dire obstrués, d’ordures, de terre et d’un peu de tout, à l’ombre de la culture populaire de jet pardessus et à travers, et de la politique démissionnaire de la commune qui préfère comme à l’accoutumée, agir tard que tôt. Ainsi, le sempiternel scénario se répète. A peine quelques gouttes de pluie et c’est tout Mosta qui se paralyse. Accidents de la route, autoroutes défigurées par des flaques d’eau, voire des lacs, comme celui de La Salamandre où le niveau d’eau pluviale a atteint 80 centimètres par certains endroits, au point d’avoir pénétré dans plusieurs immeubles et commerces. Etrangement, la route du Front de Mer ne dispose que de quelques avaloirs en dépit de sa longueur l’on ne sait pour quelle économie au profit de qui. Même topo à travers plusieurs endroits de la ville où d’interminables embouteillages, routes coupées … de quoi mettre les nerfs des conducteurs en pelote. Le reste des communes, comme Fornaka, La Stidia, Ain-Nouissy, etc., la situation n’était pas meilleure qu’en chef-lieu de wilaya.   A Mostaganem la côtière, les premiers millimètres de pluie ne trouvent plus leur chemin vers la mer. Les crevasses se transforment en flaques d'eau, les nids de poule se déploient sous l'effet des eaux et prennent l'aspect de mares. Des automobilistes coincés dans leurs véhicules. La majorité s’ingénie à trouver une parade pour trouver un chemin qui mène au travail, à l’école. Un chemin non bloqué par la circulation ou une route non fermée pour cause d'inondation. Un vrai calvaire !  Il faut dire que le réseau routier à Mostaganem est vite saturé, pas spécialement en raison du parc routier, mais surtout et principalement en raison de l’insuffisance et du mauvais état de certaines infrastructures routières manquant de beaucoup de choses, contrairement aux avis des professionnels qui font passer beaucoup de choses.
 
Ilies Benabdeslam
 
© Copyright G. LANGLOIS/site ANLB



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !