Histoire avant 1848
Archives / Bibliothèque
Vie des Communautés
Centenaire 1914-1918

Le 02/02/2011

L’OLIVIER A LE VENT EN POUPE.

L’oléiculture est en train de prendre une place de plus en plus grande dans l’espace agricole local.

Profitant des différents programmes de soutien initiés par le ministère, cette culture est en constante expansion. Pour l’année en cours, ce sont 500 hectares qui sont retenus par la DSA. On projette de les installer dans les communes de Sidi Lakhdar, Aâchaâcha, Mesra, Kheir-Eddine, Aïn Tédelès, Aïn Nouissy et Bouguirat. Ce qui portera la superficie totale à un peu plus de 6100 hectares, dont la moitié est déjà en production car datant de la période coloniale. Cultivée intensivement dans la région de Bouguirat, la variété sigoise est connue pour sa chair tendre. Ailleurs, les oliviers ont toujours été plantés comme brise-vents. Ce qui en faisait une culture accessoire. L’introduction de l’oléiculture ne semble répondre à aucune rigueur car la transformation est confiée aux confiseurs de Sig ou aux huileries de Kabylie. Seule une petite unité, située sur la commune de Sour, parvient à traiter une partie de la production. Contrairement aux variétés rustiques donnant l’huile, l’olive de table est très exigeante en eau.                             

Ali Tlemçani

© Copyright G. LANGLOIS/site ANLB




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !